• Anne-Sophie Tougas

Où trouver le temps pour l'art?


J’aime les grandes questions qui ne se répondent pas par oui ou par non. Celle que je pose aujourd’hui se veut résolument rationnelle, terre à terre : « Si je n’ai pas le temps de faire le souper, de prendre une douche, et que je n’ai pas non plus le temps de dormir, comment diable trouverais-je le temps pour l’art ?! Parfois, il faut revenir au plus simple pragmatisme pour répondre aux questions les plus élémentaires.

Partons de la prémisse que tout le monde souhaite avoir du temps pour l’art (je sais, je suis une éternelle positive). Laissons de côté pour le moment le pourquoi et penchons-nous sur le quand. Soyons réaliste; « je n’ai pas le temps » est une phrase prononcée plus souvent que le « Notre Père », par les temps qui courent.

Puisque que je me pose cette question à répétition (le fait de voir de l’art est un enjeu dans mon métier), j’ai élaboré quelques stratégies pour m’aider dans mes objectifs de

sortie, mais qui doivent toutefois encore être mises à l’épreuve (ce qui veut dire qu’on s’en reparle à la fin de l’année) :

1 - Prendre le temps de s’arrêter dans la rue lorsqu’il y a une œuvre, une murale ou une performance.

2 – Conjuguer les visites au théâtre ou au musée avec d’autres activités dans le même quartier de façon à être déjà sur place lorsque vient le temps d’y aller!

3 – Acheter des billets d’avance (« y sont payés, donc … »). J’irais même jusqu’à proposer de s’abonner, mais pas évident lorsqu’on est un spectateur butineur.

4 – Inviter des gens que tu n’as pas le temps de voir souvent (lire tes parents). Ou au contraire, en profiter pour être seul(e)!

5 - Lire sur le spectacle, les artistes, la compagnie, etc. Ça personnifie l’événement, lui donne un visage. Tu as déjà créé de l’engagement avec le spectacle lorsque tu t’y es intéressé(e). Ça vaut la peine maintenant d’aller jusqu’au bout…

6- Faire la différence entre l’expérience sociale et l’expérience intime, personnelle. Parfois, on consent à aller voir des spectacles qui nous attirent moins pour accompagner des amis. On demeure ouvert, disponible à l’inconnu, on laisse de côté nos préjugés. Et c’est vraiment super. Parfois, on a aussi besoin d’aller voir ce qui nous appelle dans nos tripes sans égard à ce que le cercle d’amis en pense. Des fois, il faut s’écouter et faire ce qu’on a profondément envie, et c’est tout.

7- Mettre ses conditions. Tu as envie de prendre un verre au bar avant ou après un spectacle? Fais-en une condition sine qua non. Un restaurant? Un spectacle sans entracte? Un rabais pour étudiants? Une expo le lundi matin quand il n’y a personne? C’est toi le boss. Tout pour te plaire.

Il y en aurait bien d’autres…

Ceci dit, trouver du temps pour l’art, c’est une chose. En trouver pour un petit être qui n’a que quelques années de vie (et beaucoup d’énergie), ça en est une autre. Dans cet élan, je me lance à la recherche de personnes qui accepteront de partager sur ce blog des astuces ou des idées, cette fois sous l’angle du parent, de l’éducateur en garderie, du professeur de maternelle, de grands-parents!

Tu es cette personne? J’attends ton courriel.